LA REPRISE D'ENTREPRISES PME-PMI

 

Nous assistons les investisseurs et les repreneurs pour leurs opérations de reprise, d'acquisition et de croissance externe à toutes les phases du processus de reprise : Recherche de cibles, lettre d’intention, due diligence, plan de reprise jusqu'au closing.

 

Merci de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous pour être informé par email des opportunités de reprise d'entreprises à l'île Maurice et dans l'Océan Indien et recevoir notre newsletter.

 

Vous souhaitez reprendre une entreprise ?

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Les étapes clés et le calendrier d'une reprise d'entreprise

La définition du profil de l’entreprise à reprendre et la recherche des cibles

A partir du moment où l’intention de reprendre une entreprise est acquise, nous définissons avec le dirigeant le profil de l’entreprise à reprendre. Pour cela, il faut notamment définir :

  • le secteur d’activité recherché,
  • la zone géographique d’implantation de l’entreprise,
  • la taille de l’entreprise (en chiffre d’affaires, en nombre de salariés…),
  • le type d’entreprise : start up, entreprise familiale, entreprise en difficulté, etc..

La recherche d’entreprises en elle même est assez complexe car les chefs d’entreprises qui envisagent de céder leur affaire restent parfois discrets sur leurs intentions. L’accès aux informations est donc compliqué. Un repreneur est rapidement trouvé lorsque l’entreprise est très intéressante, il faut donc être réactif et à l’affût. C’est en croisant les résultats de la base de données de notre réseau professionnel avec les contacts plus personnels du dirigeant que l’on parvient à identifier les opportunités de reprise. 

 

La rédaction de la lettre d'intention

La lettre d’intention est une simple faculté mais elle est une étape indispensable ne serait ce que pour obtenir les informations du cédant sous clause de confidentialité. Non obligatoire, la lettre d’intention dans le processus de reprise d'une entreprise  est la première expression écrite entre les parties et formalise la volonté de son auteur d’engager ou de poursuivre les négociations afin d’aboutir à un accord. Elle facilite l'opération de reprise.

 

Attention, si elle ne vaut pas comme engagement, la lettre d’intention peut toutefois être requalifiée en contrat suivant son contenu et l’éventuelle responsabilité contractuelle tient à la rédaction du contenu de la lettre. C’est la raison pour laquelle, elle est en général rédigée et présentée par un professionnel des fusions et acquisitions de telle façon qu’elle n’engage pas le repreneur tant qu’elle n’est pas acceptée et signée dès la deuxième rencontre entre le cédant et le candidat repreneur.

 

L’analyse & l’évaluation de l’entreprise cible, l'Audit d'Acquisition

Dès qu’une opportunité est trouvée et qu'un contact a été établi avec le chef d’entreprise qui souhaite céder son activité,  il est nécessaire d’obtenir des informations sur l’entreprise et son dirigeant en prenant connaissance et en analysant le dossier de présentation. A l’issue des premières discussions positives et  fort d'une première opinion sur la cible potentielle, il s'agit de réaliser de nous faire faire un véritable audit d’acquisition. L’audit d’acquisition permettra au repreneur d’obtenir l’avis d’un tiers de confiance et de confronter ses informations avec celles issues du rapport d’audit, de détecter les risques liés à l’opération de reprise, d’examiner les données comptables et financières de l’entreprise cible, les  processus opérationnels.

 

Les conclusions de l’audit d’acquisition doivent permettre au repreneur de décider de poursuivre ou non les négociations avec le cédant et d’avoir sa propre estimation de la valeur de l’entreprise ciblée. Les faiblesses pointées lors de la réalisation de l’audit d’acquisition pourront servir d’arguments dans les négociations liées au prix de vente et des solutions devront être prévues dans le plan de reprise pour les contrecarrer.

 

Le plan de reprise de l’entreprise

Le montage juridique de l’opération de reprise

Une reprise d’entreprise peut s’effectuer de plusieurs manières différentes : acquisition des titres, acquisition du fonds de commerce, création d’un holding et acquisition des titres par son intermédiaire, filialisation de l’entreprise reprise, acquisition d’une branche d’activité, rachat progressif des titres… Nous vous aidons à bâtir votre plan de reprise en choisissant le montage juridique pour effectuer l’opération. Lorsqu’une nouvelle entité est créée pour la reprise, il convient d'en déterminer les principales caractéristiques : forme juridique, composition de l’actionnariat, capital social, rôle de chaque associé…

 

La stratégie et le plan opérationnel de reprise 

 Nous cadrons avec vous un plan opérationnel de reprise sur la base de la stratégie que vous avez décidé de mettre en place.  On y retrouve notamment les aspects commerciaux ( Produits et services , Prix , Lancement de nouveaux produits ou services, Plan de communication), Production ( Etat des outils et des technologies utilisées, Changement de méthode, Objectifs…, Investissements, Personnel ( Etat  de l’effectif, Embauches et départs prévus, changement d’organisation…)

 

Le montage financier de l’opération de reprise

Sur la base des documents prévisionnels que nous aurons contribué à élaborer avec vous ( Bilan et Compte de résultat, Tableau de Financement à 3 ans et Budget de trésorerie ), nous vous conseillerons sur les modalités du financement de l’opération : Apports en capital, en compte courant d’associé prévus, Levées de fonds, Emprunts bancaires, Aides et Subventions… Le montant global du financement devant couvrir le coût total de l’acquisition, le besoin financier en fonds de roulement et une marge de sécurité pour faire face aux retards et imprévus.

 

Les négociations, le protocole d’accord & le closing

Dans cette étape, le repreneur ne doit pas se précipiter. Vous devez prendre le temps de réfléchir et bien sur solliciter l’avis du ou des professionnels avant de vous prononcer définitivement.  A l’issue des négociations et lorsque les parties ont trouvé un accord sur les points importants de la reprise ( Prix, Date, Modalités, Transition, Conditions suspensives ...), nous rédigeons le protocole d’accord qui est l'acte juridique matérialisant l’accord entre l’acquéreur et le cédant en reprenant tous les termes importants de la négociation.

 

Il s'agit ensuite de travailler à la levée des conditions suspensives  puis passer à la signature de l'acte de vente proprement dit et des actes connexes , de réaliser les formalités de publicité , d'organiser le déblocage des fonds et le paiement du prix.

 

L'entrée en fonction du repreneur est souvent l'occasion d'une transition dans laquelle le cédant joue son rôle afin que le changement s’opère en douceur et que le nouveau chef d’entreprise ait le temps de prendre ses marques.