AÉROPORT de la RÉUNION roland-garros

L’aéroport Roland Garros est une infrastructure majeure au service de son territoire et un outil essentiel pour La Réunion, son attractivité économique et touristique. Il est la principale porte d’entrée et de sortie pour les voyageurs et une plate-forme logistique d’importance, accueillant l’ensemble du trafic fret périssable. Il est situé au cœur d’une zone appelée à attirer l’essentiel de la croissance future du nord-est de l’île. Ses projets de développement ont un impact sur l’ensemble du territoire de La Réunion et font l’objet d’une concertation permanente avec l’Etat et les collectivités locales. Son statut de plate-forme européenne, la seule de cette dimension dans l’océan Indien et tout l’hémisphère Sud, l’oblige à l’excellence en termes de sécurité, de qualité de service, de gestion de l’environnement et de l’énergie.

 

 

Entre 2011 et 2016, l’aéroport Roland Garros a mené à bien un programme de 120 millions d’euros d’investissements qui lui a notamment permis d’adapter ses pistes aux caractéristiques des avions de nouvelle génération et d’augmenter les capacités de son aérogare pour faire face aux pointes de trafic. Une nouvelle phase de 180 millions d’euros d’investissements a démarré en 2017 et se poursuivra jusqu’en 2022. Un premier projet important a abouti : celui de la réorganisation du flux des passagers au départ, afin d’améliorer le confort des installations et d’augmenter de manière significative l’offre commerciale au sein de l’aérogare. De même, Roland Garros s’est conformé à une nouvelle norme européenne en dotant les extrémités de ses pistes d’aires de sécurité. L’aéroport a élaboré un plan stratégique qui balise son action pour les prochaines années ; baptisé Welcome, il affirme l’ambition de la plate-forme et a pour point d’aboutissement une extension majeure de son aérogare qui portera sa capacité à 3,2 millions de passagers par an, contre 2,3 millions aujourd’hui. Le plan stratégique de l’aéroport Roland Garros prévoit un programme d’investissement de 180 millions d’euros sur la période 2017-2022, dont 80 millions d’euros pour les travaux de la nouvelle aérogare. Sur la période, d’autres chantiers seront menés à bien : l’extension des espaces de stationnement et le réaménagement des accès à la plate-forme, la sécurisation de la façade littorale du domaine aéroportuaire, la création d’un nouveau bâtiment pour les activités de maintenance, d’un nouveau dépôt de carburant… L’aéroport Roland Garros financera en partie ce programme sur ses fonds propres. En parallèle, il a obtenu le soutien de la Banque Européenne d’Investissement auprès de laquelle il pourra emprunter jusqu’à 100 millions d’euros, à des conditions préférentielles. Comme lors de la phase précédente d’investissements, l’aéroport sollicite également des soutiens publics : il peut prétendre à des financements apportés par l’Etat, par le Conseil régional de La Réunion et par l’Union européenne dans le cadre du FEDER.

Un trafic record en 2017

L’aéroport de La Réunion Roland Garros a enregistré en 2017 une forte croissance de son trafic (+8,8%), qui a atteint le niveau record de 2 293 042 passagers. Cette augmentation significative de l’activité était prévue, en lien avec l’arrivée d’un cinquième transporteur sur l’axe métropole-Réunion à compter du mois de juin 2017 et le renforcement des capacités offertes sur plusieurs lignes (Afrique du Sud, Inde et Thaïlande) fin 2016.

Le trafic régional, notamment en provenance et à destination de Madagascar et de Maurice, a également contribué à cette croissance record. La tendance s’est confirmée en ce début d’année 2018 : le nombre de passagers a augmenté de 9% en janvier et de 13,4% en février.

Enfin le développement des lignes Réunion-Toulouse et Réunion-Canton a contribué à la stratégie d’ouverture de l’île. L’aéroport de La Réunion Roland Garros est aujourd’hui le 12ème aéroport français en nombre de passagers accueillis.

 

Une tendance française…

L’activité aérienne est également en progression au niveau national. Les aéroports français ont accueilli l’an passé 197 millions de passagers (+5,8%). La croissance s’est établie à +4,8% pour les aéroports d’outre-mer, tirés notamment par les résultats de Roland Garros.

 

… et mondiale

L’évolution de l’activité de l’aéroport Roland Garros s’inscrit dans un contexte de très forte croissance du trafic aérien à l’échelle européenne – le nombre de passagers a progressé de 7,7% dans l’Union européenne en 2017 – et mondiale. Plus de 7 milliards de passagers aériens sont attendus à l’horizon 2035, contre 3,8 milliards aujourd’hui.

 

Trois millions de passagers à l’horizon 2025

 

Selon une hypothèse moyenne, retenue pour la programmation de ses investissements et de l’extension de ses capacités, l’aéroport Roland Garros accueillera 3 millions de passagers à l’horizon 2025.

"WELCOME" : Le plan stratégique 2017-2022 de l’aéroport Roland Garros

Afin de baliser son action dans un contexte de croissance de l’activité et d’importants investissements (près de 180 millions d’euros en six ans), l’aéroport Roland Garros a élaboré un plan stratégique pour la période 2017-2022, baptisé WELCOME.

 

WELCOME affirme une ambition : être la marque aéroportuaire de référence de l’océan Indien L’aéroport Roland Garros veut s’inscrire comme une marque aéroportuaire reconnue, répondant au mieux aux attentes de ses clients et vérifiant en permanence leur satisfaction. Son statut de plate-forme européenne, la seule de cette dimension dans l’océan Indien et tout l’hémisphère Sud, l’oblige à l’excellence, en termes de sécurité, de qualité de service, de gestion de l’environnement et de l’énergie.

 

WELCOME se décline :

  • en trois objectifs principaux :
    • Ouvrir La Réunion au monde en diversifiant notre offre
    • Innover pour créer une expérience unique, à l’image de La Réunion
    • Affirmer notre responsabilité sociétale au service du territoire
  • en six axes d’actions :
    • Améliorer la qualité de traitement des passagers
    • Diversifier l’offre de produits et services
    • Consolider et développer la desserte aérienne
    • Développer les compétences
    • Réduire nos consommations de ressources naturelles
    • Assurer la reconnaissance de la marque.

 

 

Un aéroport pour 3,2 millions de passagers, une nouvelle vitrine pour la Réunion

La croissance du transport aérien amènera l’aéroport Roland Garros à traiter 2,5 millions de passagers vers 2020 puis 3 millions vers 2025. Ses capacités doivent s’accroître pour continuer à accueillir dans les meilleures conditions les passagers de demain. Le projet d’extension de l’aérogare est dimensionné pour 3,2 millions de passagers, un objectif raisonnable pour faire face aux évolutions de la prochaine décennie. A cet objectif quantitatif s’ajoute une ambition qualitative. Infrastructure emblématique de La Réunion, l’aéroport Roland Garros se doit d’exprimer et de magnifier l’identité de l’île.

Une exigence réglementaire: les nouvelles normes de tri et de contrôle des bagages

L’aéroport Roland Garros a intégré à son projet de développement une exigence réglementaire européenne : à partir de septembre 2022, l’aéroport Roland Garros devra être dôtée d’équipements de tri et de contrôle des bagages de soute de nouvelle génération, visant à détecter plus finement la présence éventuelle d’explosifs. Ces dispositifs nécessitent à la fois de lourds investissements et des surfaces importantes pour être déployés. Les perspectives impliquent également l’augmentation des capacités de traitement des bagages, qui passeront de 900 à 1800 unités à l’heure.

L'ambition bioclimatique

L’aéroport Roland Garros s’est volontairement engagé, depuis de 2013, dans un plan d’actions visant à réduire son impact environnemental. Il a obtenu en 2014 les certifications ISO 14001 et ISO 50001 pour son management de l’environnement et de l’énergie. Dans cette dynamique, l’aéroport a décidé d’intégrer des panneaux photovoltaïques. Et de concevoir la future aérogare de manière bioclimatique, pour réduire les dépenses de climatisation tout en offrant une ambiance agréable grâce à la ventilation naturelle. Il s’agira d’une première mondiale pour un bâtiment aéroportuaire de cette dimension en milieu tropical.

Un aérogare à basse consommation énergétique

La maîtrise de l’impact environnemental de l’aéroport Roland Garros est une des orientations prioritaires de la Société aéroportuaire, depuis sa création en 2011. Dès l’origine du projet d’extension de l’aérogare, la volonté de concevoir de nouvelles installations exemplaires s’est affirmée. Lors du lancement du concours, en 2017, il a été demandé aux candidats d’adopter une démarche bioclimatique visant à économiser l’énergie, à réduire les dépenses de climatisation et à maximiser la ventilation naturelle, tout en offrant un bon niveau de confort thermique. Ils ont été invités à adopter la méthode PREBAT Réunion, soutenue et accompagnée par l’ADEME. Un objectif chiffré a été assigné aux architectes : limiter la consommation en énergie finale (éclairage, climatisation et autres consommations d’électricité) des installations futures à 135 kWh par m2 et par an : un seuil très bas pour des bâtiments aéroportuaires.

 

Le projet du groupement lauréat prévoit un large recours à la ventilation naturelle. La climatisation est réservée aux zones fermées et appelées à recevoir la plus forte densité de public : les passerelles et les jetées à la sortie des avions, la salle d’embarquement. Climatisation et ventilation pourront être combinées dans certaines zones intermédiaires. Le groupement constitué par AIA s’est attaché les services d’Olivier Brabant, architecte réunionnais familier de la conception bioclimatique, qui travaille lui-même avec Jacques Gandemer, ingénieur conseil, spécialiste mondial de l’aérolique et ancien directeur du laboratoire d’aérodynamique Eiffel (Paris) et du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (Nantes). Les solutions retenues consistent à exploiter au mieux les alizés, Gillot étant un des secteurs de La Réunion les plus régulièrement ventilés. La nouvelle aérogare a donc été positionnée face à l’Est, d’où viennent les vents dominants. La façade ouvrante, équipée de jalousies réglables, laisse entrer l’air extérieur au niveau 0 (salle de tri bagages) et au niveau 1 (salle de livraison des bagages). A mesure qu’il se réchauffe, l’air intérieur s’évacue ensuite de la salle de tri bagages par les ouvertures côté pistes, et de la salle de livraison des bagages par un « canyon » central, ouverture longitudinale et végétalisée qui sépare les deux pans de la toiture. L’ondulation de ces derniers créée, au contact du vent extérieur, un phénomène dépressionnaire qui contribue à l’extraction de l’air chaud par le canyon. Sous le canyon, des brasseurs d’air de grande dimension peuvent être actionnés pour contribuer au confort thermique de la salle.

 

 

Dès 2019, une centrale photovoltaïque sera mise en service sur la toiture de l’aérogare actuelle. L’électricité produite sera dédiée à la consommation de l’aéroport. Ses 3 000 m2 de panneaux contribueront, en absorbant le rayonnement solaire, à abaisser la température intérieure du bâtiment.

L'extension en chiffres

Au terme de l’opération, en 2022, l’aéroport Roland Garros sera doté de :

 

 

40 banques d’enregistrement (12 banques supplémentaires)

7 postes de contrôle de police et un dispositif de contrôle automatisé PARAFE (6 postes actuellement)

8 lignes de contrôles de sûreté (4 actuellement)

4 carrousels de livraison des bagages (3 actuellement)

un nouveau système de tri et contrôle des bagages

7 postes d’accès aux avions connectés (4 postes actuellement)

une salle d’embarquement de 4 000 m2 (1 700 m2 actuellement)

une salle de livraison des bagages de 3 880 m2 (1780 m2 actuellement)

8 postes de contrôle de police à l’arrivée (2 actuellement)

700 m2 de surfaces commerciales supplémentaires.