LE SECTEUR DE L'ÉDUCATION à LA RÉUNION

Baisse des effectifs du premier degré, ceux du second degré progressent

Lors de la rentrée 2016, 220 589 élèves sont scolarisés dans l’enseignement du premier et du second degré, population en hausse par rapport à celle de la rentrée précédente (+0,2 % soit 333 élèves de plus). La hausse des effectifs dans le second degré (+469 élèves) compense la baisse de ceux dans le premier degré (-136 élèves).

Forte progression du nombre d’étudiants de l’enseignement supérieur

À la rentrée 20151, 20 488 étudiants sont inscrits dans l’enseignement supérieur, dont 62 % à l’université, soit une progression de 6,1 %, après +2,4 % l’année précédente. La faculté des Sciences et technologies (+971 étudiants dont +432 en médecine), celle de droit et sciences économiques (+158 étudiants) ainsi que l’ESPE2 (+63 étudiants) connaissent les plus fortes hausses de leurs effectifs. À l’inverse, l’institut universitaire de technologie et les classes préparatoires aux grandes écoles voient leurs effectifs diminuer respectivement de 5,7 % et 3,4 %. La Réunion est l’une des régions françaises où la part des diplômés ou étudiants du supérieur est la plus faible, bien qu’en forte progression : en 2012, 19 % de la population résidente de 18 ans ou plus, contre 21 % aux Antilles-Guyane et 30 % au niveau national.

Amélioration de la réussite aux examens du brevet et du baccalauréat général et professionnel

Les taux de réussite aux diplômes du second degré en 2016 sont dans l’ensemble meilleurs qu’en 2015. Sur 11 397 candidats au baccalauréat, 9 863 ont été reçus. Le taux de réussite au baccalauréat général et professionnel progresse tandis que celui du baccalauréat technologique se tasse. Les résultats du Brevet sont en hausse de 1,1 point, notamment pour la série collège. Concernant les diplômes d’enseignement technique, les taux de réussite augmentent, particulièrement pour le BEP qui progresse de plus de 10 points tandis que ceux du BTS augmentent de 1,1 point. Les taux de réussite à La Réunion restent en deçà de ceux enregistrés pour la France métropolitaine à l’exception du bac général et du Brevet série professionnelle.

Un déficit de formation encore important

Ces bons résultats ne doivent cependant pas occulter la problématique du « décrochage » scolaire à La Réunion. Bien que le niveau de formation a fortement progressé depuis 1999, les jeunes Réunionnais sont encore nombreux à arrêter prématurément leurs études. En 2013, parmi les jeunes âgés de 16 à 29 ans, seuls 36 % d’entre eux poursuivent des études contre 42 % en France métropolitaine ou encore 69 % des jeunes âgés de 18 ans sont encore scolarisés contre

84 % en France métropolitaine.

 

Alors que les taux de réussite aux examens du brevet et baccalauréat ont progressé et sont à un niveau proche de la France métropolitaine, 34 % des jeunes sortent du système scolaire sans diplôme qualifiant, en moyenne à 17 ans, contre 19 % en France métropolitaine.

 

Alors que les diplômés du supérieur sont presque aussi souvent en emploi que ceux au niveau national, les non-diplômés ont de plus grandes difficultés à s’insérer sur le marché du travail : seulement 19 % d’entre eux ont un emploi, c’est deux fois moins qu’au niveau national.

 

Selon les évaluations effectuées à l’occasion de la journée Défense et Citoyenneté de 20152, un jeune Réunionnais sur trois montre des difficultés de lecture, contre un jeune sur dix en France entière. Par ailleurs, 14,8 % des jeunes Réunionnais ayant réalisé ces tests se trouvent en situation d’illettrisme, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture et du calcul. Au niveau national, 4,3 % des jeunes sont concernés par l’illettrisme.