LE TECHNOLOGY & BUSINESS PARK au GHANA

 

 

Découvrez avec nous les accords de coopération commerciale et développement économique entre l'île Maurice et le Ghana. Nous sommes à votre disposition pour vous documenter de manière plus approfondie pour faciliter votre projet dans ce pays. 

 

Les accords relatifs à la ZES entre l'Île Maurice et le Ghana

Une série de mesures ont été prises par le gouvernement ghanéen avec l’objectif de permettre aux sociétés mauriciennes de venir s’implanter dans la Zone économique spéciale ( ZES ) de Dawa près de la capitale ACRA. L’accord entre l’île Maurice et le Ghana a été signé en 2015 dans le cadre du 49e anniversaire de l’accession de Maurice à l’indépendance. C’était lors de la visite du vice-président du Ghana Mahamudu Bawumia. Le Ghana a sollicité l’expertise mauricienne pour la réalisation de ce projet et Maurice y détient une part majoritaire de l’ordre de 60%. Concrètement, le gouvernement du Ghana a revu le cadre légal pour le développement et la gestion de ce qui est désormais un « Technology and Business Park », véritable smart city, afin d’offrir des facilités aux étrangers, la Banque centrale du Ghana va revoir le contrôle des devises étrangères et des rencontres ont eu lieu avec des opérateurs de téléphonie afin que la nouvelle Cyber-cité soit fournie en internet à haut débit.

 

Le Parc Technologique et la Cyber-Cité

La Smart City sera le projet phare de l’aventure mauricienne au Ghana. Ayant bénéficié d’une aide de 16,5 millions de dollars, la zone Economique spéciale ( ZES) s’étend sur 12 arpents à Dawa à 45 kilomètres de la capitale Acra. Le parc technologique comprendra 52 bâtiments de dix étages mais c’est plus précisément la Cyber Tour qui est une opportunité intéressante pour les opérateurs des TIC et des services financiers de l’île Maurice, à l’instar de la Cyber-cité à ÉBÈNE.

 

Les débuts d'un partenariat économique renforcé

Le CEO de la Ghana Investment Promotion Agency a récemment fait état que le Ghana s’intéresse de près au parcours réussi de l’Île Maurice dans l’externalisation. De ses échanges avec les opérateurs locaux, il a appris que le pays avait besoin de jeunes professionnels qualifiés dans ce domaine. Il estime que les opérateurs mauriciens pourront profiter du rapprochement entre Maurice et le Ghana pour recruter jusqu’à 500 jeunes ghanéens par bâtiment dans la Smart City. À ce jour, 71 entreprises mauriciennes sont déjà enregistrées au Ghana et les démarches des autres entrepreneurs locaux intéressés qui souhaitent s’implanter dans la zone économique spéciale dans cet État d’Afrique de l’Ouest sont soutenues. À travers de ce partenariat ZES avec le Ghana, l’Île Maurice compte investir plus largement à l'avenir dans au moins 25 filières allant de l’agriculture aux technologies de l’information et de la communication, en passant par le textile et le tourisme.  

Les acteurs économiques des deux pays, Ghana et l’Île Maurice, pourront s'appuyer sur les accords de promotion et de protection des investissements ( IPPA ) et de non double imposition ( DTAA ) dores et déjà signés.