l'economie NUMÉRIQUE au coeur de la croissance

Reliée au monde par satellite ainsi que par le câble sous-marin SAFE (South Africa - Far East), La Réunion est également connectée au câble sous-marin en fibre optique LION (Lower Indian Ocean Network) relié à Madagascar et Maurice.  Intégrée à la zone euro, La Réunion est un territoire stable sur le plan macroéconomique et présente un marché bancaire de qualité. Fiable, moderne et connecté aux grands établissements financiers, l’environnement bancaire réunionnais apporte les ressources nécessaires au développement de l’activité économique et au soutien de la consommation des ménages.

 

La Réunion est dans le top 5 des déploiements sur le plan national. La vitesse de déploiement est extrêmement rapide sur l’île, 4 à 5 fois supérieure à la moyenne nationale et La Réunion sera la première région française totalement fibrée en 2021.

 

Par ailleurs, la collectivité met en oeuvre des dispositifs concrets tels que WIRUN (70 spots wifi gratuits sur toute l’île) ou encore le Plan Ordinateur Portable (POP - permettant l'accès d'ordinateur portable sous Ubuntu à très bas coût) et ce afin de favoriser l'égalité des chances et réduire la fracture numérique au sein de la population. La Région continue également à accompagner les Réunionnais dans l’usage du numérique aussi bien par l’accompagnement des entreprises au quotidien ou par les formations mises en places afin de préparer au mieux les jeunes réunionnais aux futurs métiers liés au numérique. Plus globalement, la politique numérique des autorités réunionnaises est explicitée à travers le Schéma Directeur Territorial d’Aménagement Numérique (SDTAN) et la Stratégie de Cohérence Régionale d’Aménagement Numérique à la Réunion. Le SDTAN ambitionne une couverture totale de la population en FTTH à l'horizon 2026. À cet égard, plusieurs centaines de millions d'euros sont en jeu dans les simulations budgétaires. Bien que l'équilibre budgétaire soit vu sur le long terme, on estime que ce projet contribuera à créer plusieurs centaines d'emplois dans le domaine des TIC, tout en améliorant l'image de l'île.

 

Reconnue domaine d’activité stratégique dans la LODEOM, la Filière numérique est considérée aujourd’hui comme un des principaux relais de croissance de l’économie réunionnaise. Créatrice d’emplois, elle recense environ 472 entreprises et près de 5000 salariés, dont des startups et des entreprises innovantes qui contribuent chaque jour à la croissance économique du territoire. La filière numérique représente à elle seule 1,4 Milliards d’Euros de Chiffre d’Affaire annuel à La Réunion.

Qu’est-ce que la French Tech ?

Le concept de la French Tech désigne l’écosystème des Startups françaises, la mise en lumière de l’excellence française en terme d’innovation. La French Tech se présente sous forme de Hubs à l’étranger (San Francisco, Cape Town, Abidjan, Hong kong…), de Métropoles French Tech en France métropolitaine (Bordeaux, Nantes, Lyon…) et de réseaux thématiques French Tech, qui peuvent se développer n’importe où.

 

L’ambition première de la French Tech est d’impulser une dynamique collective. La French Tech c’est un esprit optimiste et ambitieux, résolument tourné vers l’avenir, pour créer le monde et l’économie de demain. C’est aussi une initiative publique innovante, pilotée au Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique, au service de ce collectif pour placer la France parmi les grandes startups nations. La philosophie French Tech: soutenir et s’appuyer sur les entrepreneurs pour faire bouger les lignes.

 

Concrètement, l’initiative French Tech ce sont 3 actions :

  • Fédérer un collectif partout en France derrière une marque rassembleuse
  • Accélérer la croissance des Startups en renforçant la dynamique des structures d’accélération privées et l’investissement en capital risque
  • Rayonner : promouvoir la France et la French Tech à l’international

 

 

La French Tech en  chiffre:

  • 24 membres du réseau thématique Health Tech
  • 9 bourses French Tech en 2017
  • 242 000 euros – montant des bourses French Tech en 2017
  • 177 millions d’euros de fonds BPI

 

 

La Réunion, HUB technologique de la région: Le numérique investit l'Afrique

Ne vous fiez pas à l'image d'Épinal de La Réunion faite de plages, de palmiers, de volcans et de forêts luxuriantes. La Réunion affiche désormais un dynamisme dans le domaine numérique. Dans la nouvelle économie qui émerge déjà, le numérique sera la colonne vertébrale de toute activité. Certains économistes annoncent la quatrième révolution industrielle où les datas ou l'exploitation des données seront les moteurs et les premières sources des richesses de demain. Le numérique y sera alors un formidable accélérateur des industries et services dits traditionnels, notamment dans les secteurs du tourisme, de l'agriculture, de la santé. Cette révolution est déjà ancrée et il apparaît que, dans bien des domaines, l'Afrique en impulse bien des innovations. C'est dans ce sens que le continent a su faire de ses handicaps des atouts indéniables. La dématérialisation inhérente à cette économie 3.0 permettant de contourner les obstacles géographiques liés à l'immensité du continent et à son manque parfois d'infrastructures. L'exemple le plus probant est celui du paiement par mobile. Là où, dans l'économie traditionnelle, la faible bancarisation des Africains constituait un frein évident à la croissance, les Africains, sous l'impulsion kenyane, ont su utiliser la téléphonie pour faciliter transactions financières, paiements et microcrédits.

 

Autre exemple de cette faculté d'adaptation africaine à l'économie souple du numérique, celui, en Tunisie, des villes intelligentes. Deux cents maisons tunisiennes sont déjà connectées, ce qui permet de récolter les datas nécessaires à l'offre de services toujours plus personnalisés, dans une vaste expérience in vivo. Cependant, l'économie numérique ne veut pas se contenter d'utiliser les datas comme un levier prédictif, mais réellement prescriptif, voire normatif.   Par exemple, par la segmentation de ses données, il est possible de faire changer l'habitude de consommation à près de 30 % des gens visés, pour peu que le bon message soit adresser au bon moment.

 

Autre sujet de développement numérique primordial pour l'Afrique, celui de la santé, ou plutôt de l'e-santé. La santé connectée est un secteur émergent et dynamique, et déjà plus de 150 000 applications directement liées à cette problématique existent dans le monde. En Afrique, les problématiques liées aux médicaments contrefaits sont pandémiques. Selon l'Organisation mondiale de la santé, les faux médicaments sont un fléau qui tue aussi, puisque 22 à 85 % de la population africaine sont exposés aux faux médicaments et que 10 à 40 % des médicaments vendus dans les rues sont falsifiés.

 

Autre secteur africain saisi par la fièvre numérique, celui de l'agriculture. Dans ce secteur aussi, l'information se révèle fondamentale. Le numérique y réussit le tour de force d'allier en synergie datas satellitaires en temps réel et connaissances ancestrales accumulées pendant des millénaires. Les datas satellitaires permettent ainsi d'indiquer aux agriculteurs quand, quoi et où semer. La prévision météorologique est également utilisée. Mais pas seulement puisque les datas permettent de mesurer l'eau déjà présente dans chaque parcelle, avec précision, ce qui permet d'ajuster au mieux, sans gaspillage, l'arrosage des semis. Toute la problématique a été de savoir comment diffuser ces informations disponibles auprès des agriculteurs. Là encore, l'usage des portables est au centre de la réponse apportée puisque les agriculteurs reçoivent des messages ajustés et personnalisés à leur cas singulier.

 

 

Le numérique bouleverse ainsi profondément les échelles de valeurs et les écosystèmes et permet de faire sauter, en rythme accéléré, des étapes aux trajectoires de développement de l'Afrique. Inclusive et dématérialisée, cette révolution numérique en marche est en passe de faire de l'Afrique une de ses locomotives.