Axe 2 - Améliorer l’accès TIC par une stratégie d'AMÉNAGEMENT et de continuité numérique

Assurer la continuité territoriale numérique

La part de la population couverte par le haut débit (94,8% en 2008 contre 98% au niveau national), ou par la 2G, atteste de la réussite de l'île à rattraper les standards européens dans le domaine des TIC. Toutefois des contrastes importants persistent en termes de coûts et de qualité du débit : si la majorité de la population a désormais accès aux TIC, les surcoûts importants liés aux infrastructures accentuent la fracture numérique déjà marquée au détriment des populations défavorisées. En 2010, seuls 47% des foyers disposaient d’un abonnement internet à domicile contre 70% pour l’UE. Les coûts d’accès au haut débit sont de l’ordre de 50€/mois contre 30€ dans l’Hexagone, soit 66 % plus chers. Par ailleurs, les services en très haut débit proposés actuellement sur un réseau hybride coaxial-fibre optique sont très limités et le développement de la technologie 4G n’a même pas débuté.

 

Les services numériques sont principalement proposés sur la base du réseau téléphonique, constitué des paires de cuivre sur lesquelles les opérateurs proposent un service Internet à haut débit (ADSL). Ces réseaux en cuivre, même modernisés, ne pourront pas supporter durablement l’évolution continue des services de communication numérique. La migration vers le très haut débit grâce aux réseaux d’accès en fibre optique, qui remplaceront progressivement le réseau téléphonique en cuivre, constitue donc une priorité pour la Réunion, précisée dans son schéma directeur d’aménagement numérique du territoire (SDTAN). Le déploiement doit permettre d’assurer une couverture renforcée du territoire en prenant en considération ses difficultés (accès sur certaines zones des Hauts, mitage et contraintes d’aménagement) et le développement des activités économiques.

 

Par ailleurs, l’éloignement du territoire européen, où se trouvent les principaux nœuds internet mondiaux, entraîne des besoins croissants en bande passante internationale et des surcoûts pour les opérateurs internet, répercutés sur les usagers. La déportation, sur l’île, des contenus internet les plus populaires via des liaisons Réunion/ Paris mutualisées générera une augmentation de la qualité de service et pourra entraîner, sur le moyen terme, une baisse des tarifs.

 

La montée en débit du service Internet pour la population et les entreprises constitue une priorité de l’axe 2 du PO, qui soutiendra les 2 premières phases du SDTAN. A ce titre il permettra de couvrir 63% de la population en THD d’ici 2020. Par ailleurs, la continuité territoriale numérique sera renforcée par la déportation de certains contenus dans l’île, afin d’améliorer la qualité de service.

Développer les e-services

L’administration électronique s’est fortement développée mais à des degrés divers.

Seules 45% des administrations disposent d’un site web et la dématérialisation des démarches administratives dispose d’une marge importante de progression. Elle constitue pourtant un enjeu particulier pour l’amélioration du service public à la population, notamment dans les Hauts de l’île, et la réduction des déplacements.

 

Les TIC constituent, également, un vecteur de progrès considérable dans les domaines de l’économie, de l’éducation et de la santé. L’e-santé permettra ainsi l’émergence de dispositifs innovants de coordination entre établissements hospitaliers et professionnels libéraux afin d’améliorer la prise en charge des patients et leurs accès aux téléconsultations.

 

Les TIC offrent également des possibilités de développement par le secteur privé de produits informationnels à forte valeur ajoutée, à partir des données publiques (open data).

 

Le PO contribuera donc au développement des e-services pour l’administration et la santé et accompagnera les administrations dans le recensement et la mise à disposition des données publiques.

Contribution à la Stratégie UE 2020

Cet axe 2 du PO participe à l’objectif de croissance intelligente en renforçant l'accès des entreprises au THD et en soutenant l'usage des e-service par la population (eadministration, e-éducation, e-tourisme), les professionnels de santé (e-santé) et les entreprises (open data).

 

Cet axe répond à l’enjeu identifié dans le position paper d’un accès à des réseaux de communication électroniques fiables et compétitifs. Il s’agit pour cela de combler les retards en matière d’accès, de tarifs, de qualité et de sécurité des services. Cet enjeu est également identifié dans le plan d’action des RUP, afin de garantir une continuité numérique effective de ces territoires.