L'AQUACULTURE : UNE FILIERE  A FORT POTENTIEL

L'Ile maurice veut valoriser son potentiel dans la filière aquacole poissons seahub C'est une réelle opportunité d'investissement pour les étrangers

Les axes de développement

Le constat que l’élevage industriel de poissons marins tropicaux en cages, bien que ne représentant que 1% des apports mondiaux actuels, est certainement l’une des perspectives les plus prometteuses. Cela est très structurant pour le développement de l’aquaculture mauricienne. L’ensemble du potentiel de l’île Maurice est donc évalué à 29 000 tonnes toutes espèces confondues  sur des sites marins ou en eau douce, désormais bien identifiés et cartographiés.  L’aquaculture est considérée comme étant l’un des piliers de l’économie mauricienne pour les années à venir. Le schéma directeur pour le développement de ce secteur prévoit la création de 2 000 emplois directs.

 


Sites de Production

Outre les possibilités de captage de source ou de rivière pour élevage en bassins d'eau douce, la configuration de l’île oriente vers quatre filières de productions : la production en lagon, l’élevage en cages en mer ou offshore, l’élevage en bassins alimentés par pompage et l’utilisation des barachois. Outre des sites à terre, une dizaine de sites dans le lagon de Mahebourg ont été identifiés.

Les Espèces à privilégier

Plusieurs espèces de poissons (Ombrine, Cobia, Cordonnier, Barramundi), de crustacés (Huitres et Moules), crabes, perles et autres concombres de mer sont conseillées soit à titre principal, secondaire ou à titre alternatif. Leur mode de production est parfaitement connu et décrit dans tous les cas pour alimenter les trés nombreuses filières de commercialisation, notamment celles à l'exportation via le Port Franc.

Le Rapport IDEE - BOI de 2007

Télécharger
Rapport Final Etude du potentiel aquacole à l'ile Maurice
Ce rapport de l'IDDE et du BOI présente les conclusions d'une étude approfondie sur le developpement prometteur d'une vértitable filière aquacole marine à l'ile Maurice.
Etude Aquaculture Rapport final.pdf
Document Adobe Acrobat 7.8 MB